Comme par enLucement…

 

Mercredi, comme toutes les semaines, je me suis posée devant la télé et j’ai regardé l’émission “La Nouvelle Star”.

Il fut un temps ou j’aurais méprisé ce genre d’émission populaire, mais j’ai arrêté de bouder mon plaisir.

Luce Il se trouve que cette année, la candidate Luce est épatante, et pour reprendre l’expression de Marco Prince, je me suis fait “enlucée”. J’attends chaque fois avec excitation sa prestation. Et chaque fois, je reste hilare et épatée par la créativité musicale d’une aussi jeune femme. Par sa personnalité déjantée et  son humour. Il n’y a qu’elle pour demander avec tout le sérieux du monde à Jennifer Lopez de lui prêter 10 000€…

Je ne suis pas la seule fan et il y a même un blog consacré à cette chanteuse à la beauté atypique : amoureux de Luce.

Mais à chaque fois que je l’écoute, je me demande si j’exprime moi-même pleinement ma créativité dans ma vie. Et la réponse, c’est que je pourrais certainement mettre la barre plus haut.

Et vous, êtes-vous créateur ou plutôt consommateur de la créativité des autres ? Consommez-vous beaucoup de spectacles de cinéma, des concerts, des livres, des magazines ? Passez-vous beaucoup de temps devant la télé ou sur Internet ? Et si oui, vous reste-t’il du temps pour produire ou créer ?

Allez, pour ceux qui ne connaissent pas encore Luce, sa version de "Qui de nous deux" de M, c’est ici.

Technorati Tags: , , , ,

Colère, sors de ce corps !

 

Samedi dernier, alors que je m’occupais des enfants à la maison, j’ai ressenti une brutale sensation d’asphyxie. Un besoin urgent de sortir, d’aller me balader au bord de la mer et de prendre le soleil.

Seul au mondeMais le bébé dormait d’un sommeil lourd : pas question de le réveiller. Et l’aîné ne voulait pas décoller de son dessin animé préféré.

Piégée par la situation, j’ai senti l’irritation monter. Et avec elle, le besoin de trouver un responsable.

Marre de devoir garder seule les enfants le week-end ! Mon compagnon travaille les samedi et dimanche certes. Mais malgré tout, il allait m’entendre…

Et puis, une partie de moi a commencé à m’observer en train de m’étouffer dans ma propre colère. De chercher un responsable autre que moi-même. Or dès que mon observateur interne se met en marche, tout se calme comme par magie…

Et alors, je me suis rappelée : s’appesantir sur ce qui ne va pas est inintelligent et inefficace. Il fallait à la place que je me concentre sur ce que je désirais : sortir.

Une fois calmée, avec quelques coups de fils, la situation s’est résolue facilement et peu de temps après, j’étais dehors.

  1. S’observer de l’intérieur. Observer ses pensées.

  2. Diriger son attention sur ce qu’on désire, pas sur ses émotions négatives.

Ces deux exercices sont ultra efficaces  pour maîtriser ses émotions, être plus serein et aller droit vers ce qu’on veut. Ca peut vraiment changer la vie. Il y a une époque, j’aurais ruminé inutilement ma colère pendant plusieurs heures voire plusieurs jours. Maintenant, mes émotions négatives, je les congédie en quelques secondes.

Bien sûr, à chaque fois que l’on ressent une émotion négative, on n’arrive pas toujours à savoir ce qu’on désire. Parfois, il faut méditer un peu pour comprendre quel est le souhait derrière l’émotion.  Et souvent même, la situation est plus compliquée que celle que je raconte dans ce billet.

Mais cet exercice tout simple marche. Et en une seule journée, vous avez de multiples occasions de le tester.

Alors finalement la vie est fantastique. Il suffit de s’accorder un peu d’attention chaque jour et bonjour la sérénité. What a wonderful world ….

 

Photo :Creative Commons License photo crédit: alpha du centaure

Technorati Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Eloge de la lenteur…

Cet article constitue ma participation au jeu le blog à mille mains du mois de mai autour de la photo ci-dessous thé citron.

thé citron Un jour de vacances, je me suis posée sur la terrasse devant un thé au citron et j’ai fait un rêve…

Je rêve que mon temps m’appartient entièrement. Le matin en me levant, la question est : “tiens, qu’est-ce que j’ai envie de faire aujourd’hui ? Je sais : je vais chercher ce qui va me rendre heureuse”.

La liste des contraintes de la journée est vide. Je fais des choses pour une seule raison : j’ai envie de les faire.

S’il fait beau, je sors pour en profiter. Je passe une heure à regarder une coccinelle.

Ralentir le rythme. Prendre le temps de contempler les choses. Tout simplifier. Ne plus se presser. Vivre pour moi.

L’homme affairé est occupé à tout sauf à vivre; il n’est rien de plus difficile à apprendre", écrivait Sénèque.

La vie mérite mieux que la vitesse” ajoutait Gandhi.

Mais alors, puisqu’on est tous d’accord là-dessus depuis l’an 0, pourquoi passons-nous notre temps à courir partout ? A s’agiter dans tous les sens 219 jours par an ? A travailler en mode multitâches sur 3 dossiers à la fois ? A gérer le temps, à se presser de faire des choses pour gagner quelques minutes pour pouvoir faire d’autres choses ? Il est où le sens de cette vie ?

Technorati Tags: , , , , , , , , , ,

le sale petit secret d’AGASSI

 

André AgassiL’autobiographie d’Agassi est l‘illustration d’une jeunesse vécue dans la confusion, l’absence de sérénité, la peur, les contradictions, l’incompréhension de qui il est, l’absence de concordance entre son ressenti et ses actes. Bref, un être humain comme beaucoup d’entre nous ?

Open nous apprend aussi que ce tennisman inspiré portait une perruque pendant les matchs avant de se raser la tête, jouait sans slip, a arrêté ses études en 4ème, a demandé Brooke Shields en mariage sans même en avoir envie, était doté d’un père tyrannique, détestait le tennis et jouait ses derniers matchs à l’aide d’injections de cortisone…

Il a écrit ce livre pour permettre à ses enfants de ne pas tomber dans les même pièges que lui. Ce blog s’intitule “Le Bonheur pour les Nuls” , alors qu’elles leçons de  développement personnel  tire-t’il de cette carrière chaotique ?

 

1 – La vie est un mach de tennis en 2 pôles opposés

“Gagner et perdre, aimer et haïr, ouvert et fermé. Il est utile de reconnaître cette dure réalité suffisamment tôt dans sa vie. a seule chose à éviter, c’est de de feindre l’inexistence des opposé en soi.”

2- Les rêves, c’est drôlement fatiguant

“Malgré tout, il faut rêver tout le temps, exprimer ses rêves à haute voix et croire en eux”. Et avec un peu de chance, pour vos rêves vous n’aurez peut-être pas besoin de soulever de la fonte. Ni de monter/ descendre une colline  en courant jusqu’à vomir dans les buissons.

3 – Les gens célèbres sont ennuyeux

“Je m’émerveille de découvrir à quel point cela n’a rien d’exaltant d’être célèbre, de voir combien les gens célèbres sont ennuyeux. Ils sont confus, incertains, fragile, et détestent bien souvent ce qu’ils font. En découvrant tout cela, j’acquiers une bonne dose de confiance en soi”. Il décrit même son amie Brabra Streisand comme “une perfectionniste torturée, qui déteste faire des choses dans lesquelles elle excelle”. Bon ça casse le mythe pour moi : j’imaginais tous ces gens riches et célèbres dévorés de passion pour leur métier…

4 – Le sale petit secret d’AGASSI : la victoire ne change rien

“Moi, je ne trouve pas que Wimbledon m’ait changé. J’ai m’impression, en fait, d’avoir découvert un sale petit secret : la victoire ne change rien. A présent que j’ai gagné un Grand Chelem, je sais des choses que très peu de gens sont autorisés à savoir, c’est qu’une victoire ne fait pas autant de bien  qu’une défaite fait de mal, et la bonne impression qu’on en retire  ne dure pas aussi longtemps que la mauvaise. Et de loin.”

Mince alors : tout ça pour ça ? Mais j’y pense : Yannick Noah a dis quelque chose de semblable lui aussi.

5 – La seule perfection qui existe : celle d’aider les autres

“Nous devons tous nous occuper les uns des autres, c’est là notre tâche dans la vie. Mais nous devons aussi nous occuper de nous-même, ce qu’il signifie qu’il nous faut être prudent dans nos décisions, prudents dans nos relations, prudents dans nos affirmations”. Il cite ici Nelson Mandela qu’il a rencontré.

6 – Enfonce [à ton adversaire] un charbon dans le cul, tu en tireras un diamant

En fait, celle-ci n’est pas vraiment de lui puisqu’il cite son père. Elle m’a bien fait marrer mais je ne suis pas certaine d’en comprendre la portée. Mais peut-être que l’un d’entre vous peut m’éclairer sur le sens de cette dernière maxime ?

Technorati Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Etes-vous une méduse ?

 

Ce mois-ci dans le festival A la croisée des blogs, le thème retenu est “Quelle sera votre autobiographie ?”. C’est un excellentissime sujet car nous devrions tous apprendre à écrire notre futur. Pour cela, 4 étapes à mon avis sont nécessaires.

1 – Sachez ce que vous voulez être, faire et avoir

Si vous ne savez pas ce que vous voulez mettre au programme, ça va arranger beaucoup de monde. Votre compagne (compagnon), vos enfants, vos parents, votre employeur, diverses associations, …sauront très bien, eux, comment occuper le reste de votre vie à leur propre fin.

André Agassi par exemple est devenu n° 1 mondial parce que son père l’exigeait pour se venger d’une carrière de boxeur raté. Or Agassi détestait le tennis ! (voir Open)

Etes vous une méduse ? Ne pas savoir ce qu’on veut, c’est vivre en mode méduse : vous êtes ballotés par les flots et les courants décident de la plage sur laquelle vous allez échouer. Autrement dit, quand on ne sait pas ou on va, on ne sait pas où on arrive.

2 -  Parlez-en autour de vous

Il peut-être intéressant de parler de vos objectifs autour de vous : ça peut vous ouvrir des portes, vous permettre de faire des rencontres profitables. Mais dans tous les cas, mieux vaut éviter les rabat-joie et les gens négatifs qui vont vous faire douter de vous.

3 – Tenez le cap

Une fois vos objectifs définis, il faut les garder en tête en permanence, les visualiser dans les détails, s’auto-conditionner à la réussite . Pour contrer mon pessimisme naturel, je lis tous les jours une liste des objectifs de ma vie.

Cette étape est à mon avis la plus difficile. Surtout si vos objectifs vous paraissent irréalisables. Mais seules les personnes irréalistes ont fait avancer les choses sur cette planète. Comment disait Mark Twain “ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait”. Mais attention, je ne vous dis pas de manquer complètement de lucidité et de vous retrouver dans les inoubliables de la “Nouvelle Star”. Si vous avez une voix de casserole, un sens du rythme trop personnel et que vous voulez être le vainqueur 2010, alors il faudra peut-être travailler avant de vous inscrire.

Il peut être nécessaire également à cette étape de surveiller avec vigilance vos pensées. Si vous désirez devenir riche mais que vous pensez que l’argent corrompt, vous mettez en action des forces opposées. Et vous risquez le surplace.

4 – Faites comme si tout était déjà arrivé

Vivez au quotidien comme si tout était déjà arrivé. Entrez dans le film et comportez-vous comme ce personnage mince, riche, détendu, sûr de lui et serein que vous désirez devenir. Ne vivez pas en étant crispé sur vos désirs. La meilleur façon de tout rater, c’est de se dire : je serai heureux lorsque je serai mince, riche, quand j’aurai rencontré le prince charmant, … Non, en fait, on peut être gros, pauvre, seul, con, et profiter de la vie à 263 %.

Et bien sûr : entrez dans l’action ! Mais il ne s’agit pas de s’agiter dans tous les sens comme ça se voit en permanence en entreprise.  Il faut surtout poser des actions inspirées.

Alors dites-moi, avez-vous une idée de ce que vous allez être, faire et avoir à court, moyen et long terme ? Etes-vous une méduse ?

Technorati Tags: , , , , , , , , ,

Santé, mensonges et propagande

 

Il y a toujours beaucoup de monde pour vous expliquer quoi mettre dans votre assiette. Si ce n’est pas maman, alors ce sont les scientifiques, les médecins, les nutritionnistes qui vont vous expliquer les doses, la quantité, les horaires des repas.  Car c’est clair, sans leur aide vous êtes incapable de vous alimenter correctement…

Un journaliste et une avocate (dans Santé, mensonges et propagande) ont enquêté sur le bien fondé de toutes les mises en garde dont vous êtes régulièrement la cible. Le résultat est stupéfiant.

 santé mensonges et propagande

1 – Le lait permet de faire de vieux os

Faux. Même l’Organisation Mondiale de la Santé le reconnait : sous le nom de “paradoxe du calcium”, elle a pointé du doigt le fait que les pays où l’on consomme le plus de lait sont aussi ceux ou il y a … le plus d’ostéoporose ! Les chercheurs de Harvard  concluent suite à leurs études que “le battage autour du lait est le fruit de campagnes marketing très efficaces de l’industrie laitière. En réalité nous n’en avons absolument pas besoin.”

2 – Il faut manger varié et équilibré

Vraiment ? Nicole Darmon, chercheuse au CNAM conclut elle que “la construction d’une ration respectant las apports nutritionnels conseillés est impossible à réaliser.” Un ration monotone mais bien conçue (par exemple à base de choux, lentilles, pommes de terre, pain complet, huiles végétales, avec un peu de foie et des sardines ) peut apporter beaucoup plus qu’une alimentation variée mais bancale.

3 – La saumon d’élevage est dangereux pour la santé

Inexact. Le taux de dioxine dans le saumon d’élevage reste en deçà des valeurs de sécurité prônées par l’Union Européenne. Par contre, le saumon sauvage reste meilleur pour la santé grâce au meilleur équilibre entre oméga-3 et oméga-6. Par ailleurs il n’est pas exempt de polluants : la pollution touche aussi les océans !

4 – l’huile de colza ne se chauffe pas

Faux. Et pourtant cette mention est même écrite sur les bouteilles ! Or des études récentes ont montré que cette huile est plus stable à la cuisson que l’huile de tournesol. Le responsable de cette intox ? La France, qui a voulu dévaloriser cette huile dans le années 70 au profit de l’huile de tournesol de production française. Or l’huile de colza constitue un apport privilégié en oméga-3.

5 – les fruits et légumes diminuent les risques de cancer

Jamais prouvé.Cette conclusion est issue d’une étude qui a démontré en fait l’efficacité d’un complément antioxydant pour diminuer le risque de cancer chez les personnes qui mangent déséquilibré. Or il faudrait manger plusieurs kilos de fruits et légumes par jour  pour atteindre les doses contenues dans la gélule !

 

Alors dites-moi, vous n’en avez pas marre qu’on vous raconte des salades en permanence ? Moi si ! Et si on décidait de constater par nous même ce qui nous va ? Ce qu’on aime manger. Ce qui nous donne de l’énergie ou au contraire nous alourdit. D’être à l’écoute de son corps et lui faire confiance pour nous guider.

Je mange quasi végétarien depuis 8 ans, sans me soucier de protéines, sans prendre de compléments alimentaires, sans faire attention à aucun équilibre. On m’avait prédis carences, fonte musculaire et autres problème de santé… et toujours rien à l’horizon.

Et vous, vivez-vous vos repas comme une expérience scientifique ?

Technorati Tags: , , , , , , ,

Réussir et être heureuse au travail

successful business woman on a laptop
Creative Commons License photo credit: Search Engine People Blog

 

Je reviens 15 ans en arrière, mon diplôme en poche et mon premier poste dans un environnement essentiellement masculin. Je me rappelle ma perplexité après les premiers mois. Cette impression inconfortable d’être en décalage. L’étonnement et la gêne de mes collègues parfois devant mes réactions et mes paroles. Et mon incapacité à comprendre pourquoi je me sens dans cette entreprise telle un éléphant dans un magasin de porcelaine…

D’ou venait donc cette impression d’évoluer en terre inconnue ?

En fait, j’ignorais tout du mode de fonctionnement du monde masculin de l’entreprise. Réussir à faire mon trou dans ces conditions, c’était un peu comme participer à un match de foot avec une raquette et une balle de golf.

Heureusement, la lecture du livre Réussir et être heureuse au travail de Roberta Cava m’a rapidement permis  d’évoluer avec aisance dans le monde des poilus. L’auteur, nous y délivre 16 clés essentielles de la réussite au travail.

1 – Ne court-circuitez jamais votre supérieur immédiat en vous adressant directement à son propre supérieur.

En définitive, votre supérieur immédiat est la personne la plus importante pour vous dans l’entreprise. Personne d’autre n’a autorité pour vous promouvoir, vous rétrograder ou vous faire congédier.

2 – Contentez-vous de vos tâches et de vos responsabilités, n’empiétez pas sur celles des autres

3 – Témoignez du respect envers votre supérieur

Sans lui lécher les bottes pour autant (beurk), faites au moins semblant de l’apprécier si c’est possible. sinon, il vaut peut-être mieux changer de poste…

4 -  Si on vous propose une promotion qu’un homme vient de refuser, méfiez-vous !

Menez votre petit enquête pour vérifier qu’il n’y a pas anguille sous roche…

5 – N’acceptez pas trop de responsabilités, sachez reconnaître vos limites

Une surcharge de travail pourrait vous mener à travailler de plus en plus vite et de moins en mois bien et à détester votre travail pour finir.

6 – Informez-vous de la structure hiérarchique de l’entreprise

7 – Privilégiez la diversification des expériences professionnelles

8 – Ne vous laissez pas aller à la négligence professionnelle

9 – Méfiez-vous des supérieurs qui autorisent vos subordonnés à vous court-circuiter

10 – Apprenez les tactique militaires

La structure des entreprises ressemble fort à celui des armées. Il y a différentes “classes” de salariés qui évoluent selon des traditions et des règles le plus souvent implicites.

11 – Mesurez bien l’importance de l’esprit d’équipe dans l’entreprise

Les femmes sont pour la plupart en compétition contre elles-mêmes. L’esprit d’équipe par contre peut leur faire défaut.

12 – N’oubliez pas que c’est à vous de vous adapter aux règles, jamais l’inverse

Encore une fois, c’est comme à l’armée. Enfin comme dans les films quoi car le service militaire nous on connait pas…

13 – Apprenez à tirer profit de vos points forts de femme

Les points forts des femmes communément admis sont les suivants : souplesse, adaptation rapide au changement, meilleur capacité d’expression orale et écrite, empathie, intuition…

14 – N’ayez jamais d’aventure amoureuse avec un client ou une collègue.

Une fois l’aventure terminée, le réveil pourrait être brutal. Et dans la plupart des cas, ce sera la femme qui quittera le service ou l’entreprise en cas de tension post-coïtum.

15 – Votre supérieur a le droit de reprendre vos idées à son compte

C’est injuste, mais ça fait partie des règles implicites. Se reporter à la règle n° 12.

16 – Apprenez à raisonner plus logiquement qu’émotionnellement

J’ajoute ici 5 autres règles issues de mon expérience : 

17 – Ne critiquez jamais, JAMAIS, JAMAIS un collègue dans les locaux de l’entreprise.

Si votre collègue de bureau pue ou que votre supérieur est un con psycho-rigide, maitrisez-vous. Attendez d’être rentré chez vous pour vous lâcher.

18 – Ne travaillez pas pour la reconnaissance.

N’attendez pas de reconnaissance. Si elle arrive, c’est bonus. Sachez pourquoi vous travaillez : la passion de votre métier ? le plaisir de créer ? pour aider les gens ?  pour vous prouver ce dont vous êtes capable ? pour l’argent ?

19 – L’entreprise, c’est pas l’école.

Les résultats en terme de carrière  (augmentation, promotion, primes) ne sont pas nécessairement proportionnels au talent, au travail ni même à vos super résultats.

20 – N’attendez rien de l’entreprise. Attendez tout de vous.

Les plans de carrière, c’est un modèle en voie de disparition. Fixez-vous des objectifs à moyen et court terme. Et débrouillez-vous pour les atteindre dans cette entreprise ou une autre.

21 – Soignez votre image et votre relationnel avec vos collègues

Ce point est au moins aussi important pour votre carrière que la qualité de votre travail. Les salariés avec un travail technique sous-investissent la plupart du temps cet aspect.

J’ajoute ici 1 nouvelle règle issue du lecteur Holyclair (voir commentaire) : 

22 – soyez rassurant(e)

Les salaries qui évoluent ne sont pas souvent les salariés les plus compétent(e)s. Les salariés qui évoluent sont celles ou ceux qui rassurent leurs patrons par leurs compétences, mais aussi par leurs attitudes, leurs capacités à gérer le stress, leurs réactivités à répondre immédiatement aux demandes de leurs patrons.

 

Et vous, voyez-vous une autre règle qu’une femme (ou un homme) devrait savoir avant de commencer ? Etes-vous heureux (heureuse) au travail ?

Technorati Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Devenez chanceux !

Free Happy Smiling Girl Holding Lucky Clover Creative Commons

Creative Commons License photo credit: Pink Sherbet Photography

Les chanceux sont ceux qui arrivent à tout, les malchanceux sont ceux à qui tout arrive”, résumait Eugène Labiche qui était tout sauf un looser.

Et vous, êtes-vous plutôt Pierre Richard dans “La Chèvre” ou plutôt “Mister Chance” ?

Une étude menée pendant plusieurs années sur 700 individus particulièrement chanceux ou malchanceux a donné des résultats stupéfiants. L’étude portait sur les différences dans la manière de penser et de se comporter des 2 groupes. Le Dr Wiseman qui dirigeait l’étude révèle les 10 commandements des attitudes attrape-chance dans son livre Notre capital chance : Apprendre à l’ évaluer et à le développer.

1 – Multiplier les contacts

La chance appartient aux extravertis qui sortent de leur coquille. En multipliant les contacts, ils augmentent leur probabilité de rencontres profitables.

2 – Savoir saisir les opportunités

Mais là, attention à garder une attitude cool et extravertie. Car en focalisant sur ce qui nous importe, on finit alors par ignorer le reste de son environnement. Le rayon d’attention se concentre, aussi intensément qu’inutilement, au lieu de balayer le champ des possibilités.

3 – Encourager l’imprévisible, la nouveauté

Selon l’évangile de Wiseman, le chanceux a soif de nouveautés. Celles-ci se manifestent  dans tous les domaines, même les plus futiles.

4 – Ecouter son intuition

Pour muscler et libérer votre intuition (voire la découvrir ?), faites appel à elle dans tous les domaines de votre vie. Pour cela, considérez les différentes options face à une décision. Que ressentez-vous chaque à chaque option ? C’est ici que votre intuition vous parle.

5 – Pratiquer l’auto persuasion : la chance est avec moi !

La chance, c’est croire qu’on est chanceux” disait Tennessee Williams

6 – Persévérer envers et contre tout

A l’inverse d’un joueur, le chanceux croit à l’impact de ses propres actions sur son destin plutôt qu’à l’intervention d’un miracle.

7 – Visualiser son projet, le savourer chaque jour

Plus le projet vous deviendra familier, plus il semblera à votre portée.

8 – En cas de déboires, rester positif

9 – Oublier les mauvais souvenirs pour rester concentré sur l’avenir

10 – Savoir renaitre de ses cendres

A long terme, vous réaliserez peut-être que c’est à cause de ce licenciement que vous avez décroché le poste de vos rêves…

Et bien maintenant, c’est à vous de jouer !

Technorati Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Ne soyez surtout pas une femme formidable !

 

J’ai vu avec beaucoup de plaisir au cinéma cette semaine le film “Les invités de mon père”.

Le personnage joué par Karin Viard y découvre vers la quarantaine qu’elle a passé sa vie à rechercher l’approbation de son père. A tendre vers l’image de la perfection selon cet homme. Elle a choisi en fonction de lui son métier (médecin généraliste), ses petits amis et son mari, ses valeurs (consacrer sa vie aux nécessiteux), ses goûts musicaux, sa tenue vestimentaire (plutôt mère Thérésa que Rihanna)…. Bref, un exemple superbe d’une vie passée à côté de soi-même.

les-invites-de-mon-pere-au-cinema_49910_w250

Je crois (mais je n’ai pas de statistiques à ce sujet) que la recherche d’approbation est une tendance  assez féminine.  Peut-être parce que je suis tombée dans le panneau moi-aussi…

L’avantage d’avoir fait cette erreur et d’avoir rectifié le tir c’est je pense de ne pas tomber dans les autres pièges.  Or ceux-ci sont nombreux…

1 – Le mythe de la mère parfaite.

Vous voulez être conforme à l’image d’une bonne maman pour ses enfants ? Allez chercher les enfants dès que possible à la sortie de l’école ! 16h30, c’est le top. Ou alors un peu plus tard si vous travaillez, mais vos enfants seront alors fatigués et ce sera à cause de VOUS… Vous pourrez vous rattraper en leur consacrant tout votre temps libre à faire de folles parties de jeu de l’oie, des châteaux de sable, jouer aux raquettes, au ballon, faire des puzzles Winnie l’ourson… , l’éclat’ non ? Ces merveilleuses activités sont une joie de tous les instants car une vraie mère veut passer tout son temps avec ses enfants. N’oubliez pas entre temps de faire des repas sains et frais, de mixer les compotes maison pour le bébé et tant pis si vous passez des heures dans les épluchures. Ils le méritent bien…

Ce mythe est très bien entretenu à mon avis par les enseignants et les familles catholiques.

2 – Le mythe de la vrai femme

Si vous êtes une mère parfaite, n’oubliez pas quand même d’être un super coup au lit. C’est vrai, à vous occuper autant des enfants, votre mari risque d’être jaloux et de se retrouver en carence affective. Et comme disait ma grand-mère :  “on retiens un homme avec 2 choses : l’estomac et le sexe !” (j’invente rien !). Donc le soir, c’est nuisette sexy. Même l’hiver. Votre compagnon a cependant le droit de dormir en slip troué avec son vieux t-shirt préféré.

Le reste du temps, soyez épilée, maquillée (léger mais classe), tirée à quatre épingles, colorée des cheveux (les cheveux gris ça ne va qu’aux hommes), musclée des fessiers et des abdominaux, légèrement hâlée et mince (pas de relâchement hein ?). Redressez-vous, soyez belle, souriante, féminine, douce et forte à la fois.

3 – Le mythe de la bonne maîtresse de maison

Si votre maison n’est pas propre, sachez que ce sera toujours de votre faute. Pas celle de votre compagnon. Car tout le monde sait qu’une femme est comblée lorsqu’elle passe l’aspirateur, trie le linge sale et sort les poubelles. Elle est née un peu pour ça…Ma mère et ma belle-mère s’indignent depuis 10 ans de ce que je ne repasse pas le linge… Bien évidemment, ce n’est pas à mon compagnon de le faire même si on travaille tous les deux. Ce dictat est à mon avis bien vivant chez les femmes de la génération du baby-boom et leurs mères.

4 – Le mythe de la “working-girl”

Ce n’est pas parce que vous vous occupez en grande partie des enfants, de la maison et de votre mari qu’il faut se prélasser. Car on attend d’une femme moderne qu’elle rapporte de l’argent à la maison. D’ailleurs, elle a de grande ambitions de carrière. Elle réussit dans un métier valorisant socialement dans lequel elle s’épanouit pleinement. Elle veut même être “chef de …”, “responsable de…’", “cadre en…” : ça fait toujours un effet bœuf devant la famille et les amis. Elle s’investit personnellement dans l’entreprise : c’est tellement merveilleux de mobiliser son énergie vers un objectif collectif pour enrichir son patron avoir plus de chance de conserver son emploi. Cet emploi lui permet d’ailleurs d’être utile à la société.

La working-girl audacieuse et brillante peut même être tentée de créer sa société. Il faudra cependant qu’elle s’assure que cela ne nuira pas au bien-être de son compagnon ou de ses enfants. Son bien-être à elle, on s’en tape.

5 – Le mythe de la fille attentionnée

Ca c’est celui de Karin Viard dans le film. J’ai oublié de dire que la fille attentionnée doit se préparer à s’occuper de ses vieux parents (voire beaux-parents) qui vieillissent. Les emmener chez le médecin, faire la toilette plus tard, les sortir… La fille attentionnée a peut-être un frère, mais ça ne compte pas. D’ailleurs, il est très occupé : beaucoup de travail… Et puis, une femme, ça sait faire ça beaucoup mieux hein ?

Bref, cherchez à être une femme formidable auprès de votre famille, vos amis, vos connaissances, vos collègues, vos voisins, vos enfants, les instituteurs de vos enfants, …. et vous risquez de finir épuisée. Vidée comme une coquille. Ou dépendante du prozac.

Ou alors vous pouvez choisir de vous aimer suffisamment pour vous permettre de vivre selon vos critères. Vous pouvez décider si vous méritez d’avoir du temps pour vous. Vous pouvez vous demander si l’épitaphe “elle fut une bonne ménagère” vous irait bien ? Et si prendre 1 heure pour soi après le travail avant de chercher les enfants à l’école risque d’avoir des conséquences irréversibles…

C’est déjà ce que vous faites ? Mais quelle égoïste ! Pour qui vous prenez-vous ?

Technorati Tags: , , , , , , , , , , ,

Guérir

économie d'énergie
Creative Commons License photo credit: _bobi + bobi

 

Qui ne sait pas ce qu’est le stress ? qui n’a jamais vécu de moments d’anxiété ou senti la dépression s’approcher à pas de crocodile ? Allons levez les mains dans la salle… Personne ? Et bien moi non plus, je garde la main derrière le dos.

Dans son ouvrage Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse, le Dr Servan Schreiber propose 9 techniques pour permettre à chacun de trouver ou de retrouver un équilibre mental et physique. Voyons donc ces techniques…

1. Régulariser son rythme cardiaque

Ce premier point consiste à pratiquer quotidiennement des exercices de respiration, la méditation, la prière… Le but est de stimuler le système parasympathique, qui est un « frein » physiologique qui évite que le moteur ne s’emballe. Les résultats mesurés sont les suivants : contrôle de l’anxiété et de la dépression, augmentation du taux de DHEA, stimulation du système immunitaire, rajeunissement de la physiologie.

2. Synchroniser son horloge biologique avec la lumière

L’influence de la lumière et du soleil est indéniable sur l’humeur. L’auteur propose de synchroniser son réveil sur le lever du jour par l’utilisation d’un simulateur d’aube naturelle. Des résultats sont obtenus ainsi sur la dépression saisonnière.

3. Pratiquer le Qi et avoir recours à l’acupuncture

La pratique d’une activité énergétique basée sur le Qi (Qi Gong ou Tai Chi par exemple) et le recours à l’acupuncture ont des résultats sur la dépression, l’anxiété, l’insomnie, les troubles intestinaux, le mal de dos.

4. Mettre des Oméga3 dans son assiette

Les oméga 3, dits « acides gras essentiels », sont cruciaux pour la construction et l’équilibre du cerveau. Ils ne sont pas fabriqués par le corps. On trouve ces oméga dans :

  1. les algues, le plancton et les  poissons sauvages d’eau froide : saumon, maquereaux (un des plus riches), anchois entiers, sardines, harengs, thon (même en boite mais non dégraissé), haddock, truite, huiles de poisson (rien dans celle du foie de morue).
  2. les animaux nourris à l’herbe sauvage, le gibier, les œufs de poules nourries en pleine nature.
  3. les sources végétales : elles nécessitent une étape supplémentaire dans le métabolisme pour être transformées. Ce sont :les graines de lin (ou huile de), l’huile de colza, l’huile de chanvre, les noix. Tous les légumes verts contiennent le précurseur des acides gras oméga-3 bien qu’en moindre quantité. Les sources les plus riches : feuilles de pourpier, épinards, algues marines, et spiruline.

Une carence en Oméga 3 peut avoir les conséquences suivantes : réduction de l’expérience du plaisir, anxiété, panique, expérience du baby-blues, dépression de la mère, enfants prématurés, action sur l’humeur, tristesse, manque d’énergie, insomnie, baisse de libido, tendances suicidaires.

5. Faire de l’exercice physique régulièrement

Faire de l’exercice est efficace contre l’anxiété et pour stimuler les défenses immunitaires.

6. S’entourer d’amour

L’affection, les contacts physiques, la présence d’animaux domestiques ont un effet thérapeutique.

7. Rester relié aux autres

Se sentir connecté aux autres, s’impliquer dans la communauté, faire du bénévolat permettent de combattre stress et anxiété.

8. Adopter une communication émotionnellement saine

Les cavaliers de l’apocalypse  de la communication sont les suivants :

  1. La critique
  2. Le mépris ( de loin le plus dangereux et le plus violent),
  3. Le sarcasme
  4. La contre-attaque
  5. Le retrait total, alias «le mur de briques », appelé encore le « retrait affectif »

Une communication non violente consiste à l’inverse à remplacer tout jugement par une observation objective. A éviter tout jugement sur l’autre pour se concentrer entièrement sur ce que l’on ressent.

La méthode de la carte à 6 points (SPA-CEE)

Cette méthode permet d’obtenir ce que l’on veut.

  1. Source : s’adresser à la bonne personne
  2. Place et moment : à un endroit protégé et privé, à un moment propice
  3. Approche amicale : mettre l’interlocuteur à l’aise dès les 1ers mots.
  4. Comportement objectif : pas de jugement moral
  5. Emotion : exprimer l’émotion, le blessure intime ressentie. Mais pas la colère car elle est dirigée contre l’autre.
  6. Espoir déçu : il s’agit de faire part à l’autre de l’espoir partagé qui a été déçu

La maîtrise de cette communication ne s’acquière pas en 1 journée, ni même en 1 mois ou 1 an, mais sur toute une vie.

Ecouter avec le cœur : les questions de l’ELFE

Il s’agit d’écouter avec le cœur son interlocuteur parler de ses problèmes puis de lui poser les questions de l’ELFE :

  1. Emotion : quelle émotion as-tu ressentie ?
  2. Le plus difficile c’était quoi ?
  3. Faire face : qu’est ce qui vous aide le plus à faire face ?
  4. Empathie : exprimer sa compassion

9. Utiliser l’EMDR pour s’auto guérir des grandes douleurs

L’ EMDR est une méthode basée sur un contrôle des mouvements oculaires. Elle aide le corps à digérer les traumatismes.

Je recommande ces techniques que j’ai toutes testées à l’exception de l’EMDR et du simulateur d’aube naturelle. Oui, le yoga, la sophrologie et la méditation font un bien fou pour évacuer le stress professionnel. Suite à la pratique du Qi Gong, mes gastro entérites chroniques ont disparus. L’acupuncture est la seule médecine (hormis l’homéopathie) a m’avoir soulagé de bobos enquiquinants. Et la vie de couple a éliminé les chutes d’énergie des mois de Novembre et Février de la célibataire que j’étais.

Alors si vous êtes tourmenté par le stress et l’anxiété, peut-être devriez-vous intégrer une de ces techniques dans votre quotidien ? Qu’en pensez-vous ?

Technorati Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pages: Précédente 1 2 3 ...5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 suivante
Powered by WordPress