Le secret du bonheur et du bien-être

Comme l’amour, le bonheur est souvent traité comme un objet physique que nous devons trouver et arracher. Pourtant, tout comme l’amour, le bonheur est quelque chose que nous sommes plus susceptibles de cultiver en nous-mêmes que de trébucher dans nos errances. Comme l’a dit le Dalaï Lama, «Le bonheur n’est pas quelque chose de tout fait. Cela vient de vos propres actions.

Déterminer ce que sont ces actions est l’aventure personnelle de chaque individu, mais la recherche peut fournir des conseils. Des études  montrent que les personnes les plus heureuses sont celles qui recherchent un sens plutôt qu’une gratification ou un plaisir immédiat. Pour s’épanouir, chacun de nous doit découvrir ses vrais espoirs, ambitions, rêves et idées, puis faire en sorte que nos actions correspondent à ces idéaux. Comme l’a écrit Albert Camus, «Mais qu’est-ce que le bonheur, sinon la simple harmonie entre un homme et la vie qu’il mène?»

Bien sûr, même si nous menons parfaitement nos vies, ils ne seront pas toujours joyeux. Les histoires de vie les plus heureuses et les plus riches sont sûrement colorées de vagues de douleur et de tristesse. Alors, peut-être, un objectif plus riche et plus atteignable que le «bonheur» est de rechercher le bien-être.

Une étude de 2011 de la British Psychological Society a conclu que «le bien-être équivaut à plus qu’un simple bonheur et implique un large éventail de domaines personnels et sociaux, y compris des relations positives et un sens et un but dans la vie». Les recherches rapportées dans le World Happiness Report 2015 ont révélé quatre nouveaux constituants du bien-être et leurs bases neuronales sous-jacentes. Selon le rapport, «le bien-être est élevé lorsque les individus sont mieux à même de maintenir une émotion positive; se remettre plus rapidement des expériences négatives; se livrer à des actes empathiques et altruistes; et exprimer des niveaux élevés de pleine conscience. »

Ces résultats reflètent les travaux du Dr Richard Davidson, un psychologue primé et, plus récemment, l’auteur de The Emotional Life of Your Brain . Lors de la conférence Wisdom 2.0 de cette année, j’ai eu le privilège d’entendre Davidson parler de ce qu’il a découvert grâce à ses recherches comme étant les quatre éléments du bien-être. Selon Davidson, ces traits comprennent:

1. Générosité – Être généreux signifie agir envers une autre personne qui est à l’écoute et sensible aux besoins et aux désirs de cette personne. Cela implique de donner de nous-mêmes des manières qui vont au-delà de nous-mêmes. Comme l’a conclu le World Happiness Report , «le bien-être dépend fortement du comportement prosocial», qui implique que «les individus prennent des décisions pour le bien commun qui peuvent entrer en conflit avec des incitations égoïstes à court terme». Le rapport énumère les comportements prosociaux comme incluant «l’honnêteté, la bienveillance, la coopération et la fiabilité».

Pourtant, la générosité ne profite pas seulement au destinataire de nos offres. C’est incroyablement précieux pour notre propre santé mentale et physique . Il peut aider à réduire naturellement le stress  et à combattre la dépression, tout en améliorant notre sens du but . Cela peut même aider à  allonger notre durée de vie . J’écris plus sur les récompenses surprenantes de donner dans mon blog « Les avantages de la générosité ».

2. Résilience – La résilience décrit une capacité à persévérer lorsque les choses deviennent difficiles. Il s’agit de relever les défis de la vie plutôt que de se dérober ou de se sentir vaincu. Une personne résiliente reconnaît son pouvoir personnel, tout en vivant et en acceptant la réalité telle qu’elle est. Une personne résiliente voit son potentiel pour changer sa situation, pour évoluer, s’adapter et atteindre ses objectifs.

Cette approche de la vie représente ce que mon père, le Dr Robert Firestone, a identifié comme étant en mode adulte, par opposition au maintien d’une position enfantine ou à l’adoption d’un point de vue parental / de jugement. Il considère ces caractéristiques comme des éléments essentiels pour être une personne émotionnellement saine.

L’idée que la résilience est l’une des principales clés du bien-être est soutenue par les 35 années de recherche du Dr Salvatore Maddi sur la « résistance », une forme de résilience psychologique qui prédit à quel point nous réussirons dans nos vies, nos relations et nos objectifs personnels. et carrières. La célèbre étude longitudinale de 12 ans de Maddi sur les employés de Bell Telephone a conclu que «la résistance est la clé de la résilience non seulement pour survivre, mais aussi prospérer, sous le stress. La robustesse améliore la performance, le leadership, la conduite, l’endurance, l’humeur et la santé physique et mentale. »

3. Attention – Comme Davidson le décrit, l’attention implique d’être présent et de se concentrer là où nous le voulons. Cela nous place dans un mode réceptif plutôt que réactif. La pleine conscience peut être extrêmement utile dans ce processus, car elle nous aide à développer notre capacité à concentrer notre attention et à cultiver un sentiment de présence. Lorsque nous restons dans le moment présent en train de vivre pleinement notre vie, nous sommes en mesure de nous concentrer sur ce dont nous avons besoin actuellement et de prendre ainsi les mesures nécessaires pour atteindre nos objectifs à long terme. Les nombreux avantages de la méditation de pleine conscience comprennent la réduction du stress et de l’épuisement et une augmentation du bien-être psychologique, de l’estime de soi et de la qualité de vie.

4. Bonté – Selon Davidson, nous sommes tous mieux lorsque nous croyons en la bonté fondamentale de nos semblables et de nous-mêmes, d’ailleurs. Si nous adoptions ce principe, nous nous sentirions tous moins agressifs et subirions moins de violence dans notre société. Le Dr Kristin Neff, qui a effectué des recherches approfondies  sur les avantages de l’auto-compassion, énumère également «l’humanité commune» comme l’un des trois éléments clés de l’auto-compassion.

«Tous les humains souffrent», a déclaré Neff. «La définition même d’être« humain »signifie que l’on est mortel, vulnérable et imparfait. Par conséquent, l’autocompassion implique de reconnaître que la souffrance et l’inadéquation personnelle font partie de l’expérience humaine partagée – quelque chose que nous traversons tous plutôt que d’être quelque chose qui arrive à «moi» seul.

Dans son livre L’éthique des relations interpersonnelles , le Dr Robert Firestone aborde les avantages de voir notre humanité commune et souligne les dangers de se concentrer sur nos différences et la nécessité de voir «notre groupe» comme supérieur.

Adopter véritablement ces quatre principes de bien-être dans nos vies peut nous aider à vivre une existence plus harmonieuse et plus gratifiante. Cependant, il y a un cinquième élément que j’ajouterais qui peut améliorer notre capacité à vivre une vie plus généreuse, résiliente, attentive et agréable, et c’est la différenciation.

5. Différenciation – Pour que chacun de nous puise dans sa force intérieure et vive dans un «mode adulte», nous devons nous différencier des influences négatives passées et de la programmation qui agissent comme des superpositions sur notre comportement. Nous devons identifier et séparer les adaptations malsaines que nous avons apportées à notre passé. Celles-ci incluent des attitudes destructrices et des manières défavorables de se voir et de voir nos capacités ainsi que de voir les autres et leurs défauts. Ce processus de différenciation, développé par mon père, comporte quatre étapes clés, que j’explique plus en détail dans mon blog, « Devenir votre vrai moi ». En termes plus simples, les étapes sont les suivantes:

1. Séparer des attitudes destructrices qui nous étaient dirigées et que nous avons intériorisées
2. Différencier des traits négatifs des parents et autres gardiens influents
3. Libérer les vieilles défenses que nous avons construites pour faire face aux événements négatifs de l’enfance
4. Développer notre propre valeur système et approche de la vie

Le but de la différenciation est de découvrir le vrai vous. C’est un processus conçu pour nous aider à révéler nos véritables désirs et désirs, séparés des pressions familiales et sociétales moins favorables qui ont façonné nos défenses psychologiques. Cela nous aide à nous débarrasser des armures inutiles, des mécanismes et des modèles de comportement que nous avons construits qui nous empêchent en réalité d’accomplir ces tâches essentielles pour le bien-être psychologique et physique.

Bien que le processus de différenciation puisse sembler être une question de vous, en vérité, cette concentration sur vous-même n’est pas égoïste. Cela profite à tout le monde, car en étant des individus plus heureux et plus épanouis, nous avons plus de valeur pour ceux qui nous entourent. L’amélioration de la compréhension de soi et de l’auto-compassion étend notre compréhension et notre compassion pour les autres. Se sentir bien dans sa peau nous permet d’être bon envers les gens de notre vie.

À l’instar de la générosité, de la résilience, de l’attention et de la bonté, la différenciation fournit une puissante lumière de lampe sur la voie du bien-être. C’est un moyen de trouver un sens et une méthode pour accomplir notre destin unique. Et bien qu’aucun de ces principes ne semble offrir une solution rapide et du jour au lendemain aux défis de la vie, ils révèlent un mode de vie qui améliore notre qualité de vie globale.

Tu pourrais aussi aimer

Marc

A propos de l'auteur: Marc

J'ai traversé une dépression en 2012. Depuis, j'ai trouvé le chemin du bonheur, et je n'ai jamais été aussi heureux que ces dernières années !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *