S’estimer comme on respire

nellie mckay:identity theft

 

D’après le psychiatre Christophe André, une bonne estime de soi, c’est entre autres :

-dire ce qu’on pense,

-faire ce qu’on veut,

-insister devant une difficulté,

-ne pas avoir honte de renoncer,

-oser dire “Non”,

-ne pas se rabaisser,

-se donner le droit de rater,

-se sentir tranquille avec soi,

S’il existe des personnes à basse estime de soi, il existe également des personnes à estime de soi haute mais fragile. C’est ce que j’ai appris dans l’ouvrage Imparfaits, libres et heureux : Pratiques de l’estime de soi.

Ce type de personne essaie de briller pour ne pas douter d’elle-même : elle essaie de garder le devant de la scène en attirant la conversation sur des sujets ou elle se sent en capacité d’impressionner les autres par ses connaissances.

Elle peut même faire beaucoup de bruit et de tapage pour dissuader quiconque de tester de plus près la solidité d l’édifice.

Elle s’affirme en ayant recours à l’agressivité. Elle fait l’erreur de croire que faire sa place, c’est prendre celle des autres. Que s’affirmer, c’est s’affirmer contre.

Elle est amenée à faire une débauche d’énergie  pour protéger ou promouvoir son estime de soi. Elle  succombe parfois à la tentation de fuir dans le déni de la réalité.

Elle peut également s’avérer anxieuse, rigide et en échec intime, émotionnel et relationnel.

Y reconnaissez-vous quelqu’un de votre entourage ? Pour moi, c’est le cas, et ça m’a vraiment stupéfait d’avoir décodé le personnage !

Mais, comme une bonne santé, une vraie bonne estime de soi est silencieuse.

La personne n’est plus obsédée par elle-même. Elle peut entreprendre, persévérer et renoncer sans se sentir humiliée ni chercher d’excuses. Elle est en privée (avec la famille ou les proches) la même personne qu’en public. Elle reste autonome par rapport aux pressions sociales (une voiture de marque, un conjoint valorisant, des enfants qui réussissent scolairement, …). Elle se justifie peu et ne se crispe pas trop face à la critique.

Elle s’estime comme elle respire… sans y penser.

Elle en oublie même de penser à son estime d’elle même…

 

Imparfaits, libres et heureux. Christophe André.  
  
Imparfaits, libres et heureux : Pratiques de l’estime de soi a reçu le prix Psychologies magazine 2006.

Creative Commons License photo credit: visualpanic



Si cet article vous a plu, abonnez-vous gratuitement par mail, par flux RSS, via FaceBook ou via Twitter. N'hésitez pas à venir faire un tour sur l'espace Ressources Gratuites (cours au format audio, livre ou vidéo). Laissez un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.


13 commentaires pour “S’estimer comme on respire”

  1. Anais 6 juin, 2011 10 h 06 min

    Bonjour !
    Votre article me fait plaisir et aussi ouvrir les yeux….
    J’ai 22 ans et j’ai eu d’assez graves soucis lors de mon enfance.
    Au final maintenant je suis celle qui fait semblant d’avoir une forte estime de moi,
    mais rien est vrai. Je souffre beaucoup. Je me protège des autres, j’aimerai plaire et être aimée par tout le monde. Sans doute encore cette peur d’abandon… Bref, la fausse haute estime de soi je connais. C’est épuisant…

  2. Prince 6 juin, 2011 10 h 42 min

    Bonjour et merci pour cet article, à relire à tête reposée.

    Bonjour Anais. Merci pour ton commentaire. La fin est très juste: « c’est épuisant ». Je connais une personne que cet article pourrait intéresser aussi, et il y a des parallélismes. Assez graves soucis dans l’enfance aussi. Comme quoi c’est à cette période de la vie que se tracent les grands traits de la personnalité. Il reste à voir comment corriger aujourd’hui ce qui avait été faussé. Mais pour mon humble analyse, les différents paramètres de la basse/faible estime de soi en font un cercle vicieux et auto-entretenu.
    Je nous souhaite du courage pour trouver le bon bout et entamer le travail pour en sortir.

    Bien à vous,

  3. www.fuzz.fr 6 juin, 2011 17 h 12 min

    S’estimer comme on respire……

    S’il existe des personnes à basse estime de soi, il existe également des personnes à estime de soi haute mais fragile. C’est ce que j’ai appris dans l’ouvrage Imparfaits, libres et heureux : Pratiques de l’estime de soi. Ce type de profil essaie de bri…

  4. flavia 10 juin, 2011 7 h 10 min

    Beaucoup de schéma proviennent de l’enfance ,non seulement et pas toujours chez les parents mais beaucoup a l’école aussi,même de nos jours,après c’est le parcours du combattant pour retirer toute cette négativité,mais a force ,on y arrive
    Belle journée

  5. Judith@s'organiser 7 juillet, 2011 11 h 14 min

    Décidément c’est un article qui fait réfléchir mais atteindre cet « idéal » d’estime de soi. Se faire confiance, s’estimer comme on respire demande pas mal de boulot. Mais le plus dur c’est de commencer non ? Quelques pistes peut-être ?

  6. Monalisa 10 juillet, 2011 12 h 12 min

    @Judith : il y a quelques pistes dans les 2 autres chroniques du même livre (cf dans les archives récentes).

  7. guide voyage 11 juillet, 2011 3 h 36 min

    -dire ce qu’on pense,

    -faire ce qu’on veut,

    -insister devant une difficulté,

    -ne pas avoir honte de renoncer,

    -oser dire “Non”,

    -ne pas se rabaisser,

    -se donner le droit de rater,

    -se sentir tranquille avec soi, »

    Dans une autre vie peut être mais pas dans une société pareil !!

  8. Andry 15 juillet, 2011 15 h 39 min

    Bonjour,
    Le chemin vers la bonne estime de soi ne s’accomplit pas rapidement. Par contre, vous pouvez apporter des idées directrices à votre vie, qui permettent de progresser à pas de géants.

    Voici un petit post qui peut apporter plus conseils pratiques:
    http://boosteurdevie.com/comment-construire-une-estime-de-soi-permanente/

    Amicalement,
    Andry.

  9. Javier - estime de soi 19 octobre, 2011 13 h 40 min

    Le sujet de l’estime de soi est plus complexe qu’on l’imagine. Heureusement il y a des professionels comme Crhistophe André qui nous montrent le sujet, malgré le fait qui ouvre des anciens blessures, ça vaut le coup d’explorer et savoir ce nous arrive pour prendre la situation en main.

  10. Nina Atté 31 décembre, 2011 22 h 00 min

    Cet article m’a permis de prendre conscience que l’estime de soi n’est pas seulement diminuée comme c’est mon cas mais elle peut être haute mais fragile.
    L’estime de soi haute mais fragile peut être un masque cachant ainsi les sentiments profonds de la personne.
    De toute façon, lorsqu’on veut à tout prix plaire aux autres,quand ça devient une obsession, un jour ou l’autre, on souffre.

  11. Francoise 19 janvier, 2012 15 h 00 min

    Bonjour,

    Quelle belle définition de la vraie estime de soi.

    Dans la « haute et fragile estime de soi », je reconnais ma mère.

    J’ajouterais une caractéristique qu’elle avait : une grande croyance dans sa capacité à tout contrôler, avec comme corollaire de toujours chercher un coupable pour se justifier de ce qu’elle n’a pas pu contrôler. « C’est à cause de toi (bonjour la culpabilité) que je n’ai pas pu tout contrôler, que ça a foiré. »

    Françoise de secret-beaute-interieure.com

  12. GLOV 28 mars, 2012 23 h 40 min

    Tout à fait d’accord avec ce post !

    J’ajouterai aussi : aimer sans retenue …

    C’est important aussi, pour l’estime de soi, l’amour qu’on lit dans les yeux de ceux qu’on aime ;-)

  13. Pascal , L’Equilibriste 2 janvier, 2013 11 h 32 min

    L’une des façons, pour moi, de trouver l’amour de soi (et donc l’estime) c’est d’aimer et d’accepter les autres tel qu’ils sont.

    Car ce que l’on n’aime pas chez les autres n’est finalement que le reflet de ce que l’on n’aime pas chez soi.

    En apprenant à aimer les autres, on apprend à s’aimer soi-même.

Leave a Reply

Powered by WordPress