Une sociologie du bonheur

176/365 - Always Kiss Me Goodnight

Au cours du XXème siècle, la psychologie et la psychiatrie se sont surtout occupés des troubles psychologiques et des maladies mentales.

Désormais les sciences cognitives et la “psychologie positive” s’interrogent sur la possibilité de passer  d’une situation “normale” à un état de bien-être accru. Ainsi, pas moins de 2475 publications scientifiques ont été recensées sur le bonheur.

Dans Plaidoyer pour le bonheur, le moine Matthieu Ricard nous transmet les conclusions parfois surprenantes de ces enquêtes :

 

  1. Les gens mariés ou vivant en couple sont presque 2 fois plus heureux que les célibataires, les veufs ou les divorcés qui vivent seuls.
  2. Le bonheur n’est pas lié au QI. Mais il est lié au QE. Le Quotient Emotionnel est défini par la faculté de percevoir les sentiments des autres ainsi que ses propres émotions.
  3. Un moine confirmé en méditation est infiniment plus habile à identifier des émotions fugaces chez autrui qu’un policier, un douanier, une psychologue, un avocat, un juge et même un agent des services secrets. Cette expérience a été menée sur 2 moines bouddhistes expérimentés et 5000 autres sujets.
  4. Le bonheur va de pair avec la capacité de s’affirmer, avec l’extraversion et l’empathie.
  5. Plus un individu est capable de maitriser son environnement, plus il est heureux.
  6. Les personnes pratiquant une religion sont plus heureuses et vivent plus longtemps : 7 ans de plus que la moyenne aux Etats-Unis.
  7. 90% des nonnes identifiées comme “heureuses” étaient encore en vie à 85 ans contre 34% de celles appartenant au groupe “le moins heureux”. L’intérêt de cette étude est que toutes ces personnes avaient exactement les même conditions de vie.
  8. la mortalité des personnes qui manifestaient principalement des émotions négatives est 2 fois supérieure à celles des personnes d’un tempérament heureux qui vivent des émotions positives. Cette conclusion est le résultat d’une étude menée pendant 2 ans sur plus de 2000 mexicains de plus de 65 ans vivant aux Etats-Unis.
  9. 50% de la tendance au bonheur peuvent être attribués aux gènes.
  10. le bonheur tend à être plus élevé chez ceux qui ont un travail rémunéré. Toutefois, les femmes au foyer ne sont pas plus insatisfaites que les gens ayant une activité professionnelle.
  11. contrairement aux idées reçues, les gens ne sont pas plus heureux dans les régions ensoleillées que dans les régions pluvieuses (mis à part certains cas pathologiques de dépression).
  12. les loisirs favorisent la satisfaction, surtout chez les gens qui ne travaillent pas.
  13. des étudiants en médecine d’un tempérament agressifs ont 5 fois plus d’accidents cardiaques que les moins coléreux. Cette étude a été réalisée sur 255 sujets sur 25 années.
  14. le bonheur augmente avec l’implication sociale et la participation à des organisations bénévoles, la pratique du sport, de la musique ainsi qu’avec l’appartenance à un club.
  15. le degré de bonheur des gagnants à la loterie varie peu suite à leur bonne fortune.
  16. le bonheur est plus élevé dans les pays qui garantissent à leur habitants davantage de sécurité, d’autonomie, de liberté, d’accès à l’éducation et à l’information.
  17. les citoyens sont plus heureux dans un climat de paix. Indépendamment des conditions économiques, ceux qui vivent sous un régime militaire sont plus malheureux.
  18. regarder la télévision ne conduit qu’à une augmentation minime du bien-être. Par contre, ceux qui regardent beaucoup la télévision sont moins heureux que la moyenne.

Peut-on en déduire que la vie moderne rend heureux ? Peut-être pas : la dépression est 10 fois plus fréquente dans les pays développés qu’en 1960. Et elle affecte des individus de plus en plus jeunes. Le taux de suicide parmi les étudiants suédois a également augmenté de 260% depuis 1950. Ce taux est responsable de 2% des décès annuels : c’est plus que la guerre et les homicides !

 

Décidemment, pas si facile cette quête du bonheur ! Mais pour Matthieu Ricard, il existe une activité magique pour apprendre à être heureux en toutes circonstances : il faut apprendre à se tourner vers l’intérieur et  mé-di-ter.

 

NB : Plaidoyer pour le bonheur est un livre très dense et intéressant. Je ne vous recommande toutefois pas de le lire cet été à la plage en gardant un œil sur les enfants. Sa lecture a en effet mobilisé mon temps et tous mes neurones à la fois.

 

plaidoyer pour le bonheur - Matthieu Ricard

NB : Un nouveau guide gratuit “Famille 101 – Les bases de l’harmonie familiale” vient d’être mis en ligne sur ce site. Ce rapport, écrit pour les familles par un psychologue, est disponible ici.

Creative Commons License photo credit: Www.CourtneyCarmody.com/



Si cet article vous a plu, abonnez-vous gratuitement par mail, par flux RSS, via FaceBook ou via Twitter. N'hésitez pas à venir faire un tour sur l'espace Ressources Gratuites (cours au format audio, livre ou vidéo). Laissez un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.


8 commentaires pour “Une sociologie du bonheur”

  1. flavia 7 avril, 2011 7 h 21 min

    Merci pour tout ces conseils que je trouve au travers de divers articles,excellent blog qui met la joie au coeur,et dont d’ailleurs,j’ai mis dans les favoris sur mon blog,histoire de partager toute la bonne humeur ,les conseils de ce blog
    Merci et bonne journée

  2. www.fuzz.fr 7 avril, 2011 11 h 29 min

    Petite sociologie du bonheur | Le bonheur pour les nuls…

    Au cours du XXème siècle, la psychologie et la psychiatrie se sont surtout occupés des troubles psychologiques et des maladies mentales. Désormais les sciences cognitives et la “psychologie positive” s’interrogent sur la possibilité de passer d’une sit…

  3. Ben 7 avril, 2011 16 h 42 min

    Cool, j’envisageais de lire ce livre. C’est intéressant d’en avoir un retour, ça tombe bien.

  4. Aratta 8 avril, 2011 11 h 04 min

    Merci pour cette liste dont je me suis servie dans mon « Happy Project » (ne retenir d’une journée que les moments heureux, et pour m’y aider, le marquer tous les jours).
    Je vais sans doute lire ce livre, mais en tous cas votre blog va atterir dans mes flux rss! Merci!

  5. Isabelle 8 avril, 2011 16 h 30 min

    merci beaucoup (ton prénom ? ?) pour cette recension qui est effectivement très interessante. je ne sais plus où j’ai lu que le taux de suicides croit avec la solitude (chômeurs, agriculteurs seuls etc..) et par rapport à la religion cela vient aussi du fait que les personnes vivent avec une « communauté » qui leur permet de partager avc d’autres et d’être soutenus

    très bien ton article et cela donne enve de lire le livre :)

    bien amicalement

    Isabelle

  6. Monalisa 8 avril, 2011 21 h 07 min

    @flavia, @Ben, @Aratta, @Isabelle : merci pour ces sympathiques commentaires. Ca me touche beaucoup !

    @Aratta : Un « Happy project », c’est vraiment une super idée !

    @Isabelle : je crois également que les n° 6 et 14 sont liés. Mes amitiés.

  7. Johann 8 avril, 2011 22 h 10 min

    Ces données sont très interessantes. D’ailleurs pour rebondir le n°2, il a été démontré que la reussite, le succès, l’influence, le bonheur dans la vie, au travail, la faculté à surmonter les problèmes…étaient liés à l’intelligence émotionnelle et non au QI. La gestion des émotions influences la majorité des points évoqués et donc notre bonheur car ce sont les émotions qui mènent nos actes.

  8. Grégory 11 avril, 2011 17 h 30 min

    Si si, le bonheur, c’est simple !

    Voila donc un 2° livre Matthieu Riccard que je dois lire ! Merci !

    @Johann: En France, le QI est surcoté ! Dans le système éducatif, tout est basé dessus. Et si tu rentres pas dans ce moule, en plus de partir sur des bases plus faibles (niveau scolaire & diplomes), ta confiance en toi prend une claque !

Leave a Reply

Powered by WordPress