Qu’est-ce que je serais heureuse si j’étais heureuse !

Woman's Feet Holding Pink Rose Fresh Pedicure
Creative Commons License photo credit: Pink Sherbet Photography

"Qu’est ce que je serais heureux, si j’étais heureux !" – Woody Allen.

Je vous parle du bonheur sous toutes les coutures depuis un an déjà et je réalise que je n’ai pas encore donné de définition à ce mot. Il faut dire qu’un grand nombre de philosophes ont tenté de proposer la leur et que beaucoup diffèrent voire se contredisent.

La définition du concept a également varié selon les siècles. Ainsi, d’après Michel Faucheux (Histoire du bonheur), la civilisation occidentale a été longtemps hantée par la nostalgie du paradis qu’elle a situé comme un jardin des délices quelque part aux confins de la terre.

Pour les grecs, le bonheur était le résultat de la sagesse.

Pour le Moyen-Age, le bonheur est identifié au Salut : il est l’assurance d’une vie après la mort.

Au siècle des lumières, le bonheur cesse d’être un sentiment métaphysique. Il s’éprouve, il se goûte, il devient une recherche de soi et une quête de plaisir. Mais ce sujet reste réservé à l’élite sociale. Pour Voltaire d’ailleurs : “il est à propos que le peuple soit guidé et non pas qu’il soit instruit.”

Puis l’idée d’un bonheur collectif apparait. Elle se poursuit sous la Révolution et sera reprise par le communisme. Pour Karl Marx “L’abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l’exigence de son bonheur réel”. Ce bonheur consiste en l’épanouissement par le travail.

Aujourd’hui, dans les sociétés occidentales, le bonheur est d’abord une affaire personnelle.

Les sociologues définissent le bonheur comme “le degré selon lequel une personne évalue positivement la qualité de sa vie dans son ensemble. En d’autres termes, le bonheur exprime à quel point une personne aime la vie qu’elle mène.”*

Il y a mille conceptions du bonheur.

Mais pour moi, le bonheur est fait d’un mélange de contentement, de capacité d’enthousiasme et d’émerveillement, d’un sentiment de liberté et de maitrise, d’amusement et de rires, d’oubli de soi dans un travail passionnant,  de reconnaissance envers la vie, de moments d’extase et de jubilation, d’instants contemplatifs, de plaisir et d’une sensation de légèreté.

J’ai remarqué que ce bonheur là m’était plus souvent accessible lorsque je suivais les 10 principes que je vous ai décrit dans mon ebook gratuit.

Et vous, quelle est votre définition du bonheur ?

histoire du bonheur logocroiseeblogs435

Note : cet article est ma contribution au festival “à la croisée des blogs”  de Mars organisé par Joanna du blog Moodstep sur le thème “qu’est-ce que le bonheur ?”.

* référence : Plaidoyer pour le bonheur de Matthieu Ricard.


Ces autres articles devraient vous intéresser :

  1. Réussir et être heureuse au travail
  2. J’ai interviewé le Dalaï Lama !

Si cet article vous a plu, abonnez-vous gratuitement par mail, par flux RSS, via FaceBook ou via Twitter. N'hésitez pas à venir faire un tour sur l'espace Ressources Gratuites (cours au format audio, livre ou vidéo). Laissez un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.


7 commentaires pour “Qu’est-ce que je serais heureuse si j’étais heureuse !”

  1. www.fuzz.fr 17 mars, 2011 12 h 46 min

    Qu’est-ce que je serais heureuse si j’étais heureuse !…

    Un grand nombre de philosophes ont tenté de proposer une définition du bonheur mais beaucoup diffèrent ou se contredisent. La définition du concept a également varié selon les siècles. Ainsi, la civilisation occidentale a été longtemps hantée par la no…

  2. Anaïs 18 mars, 2011 15 h 03 min

    Merci pour cet article très intéressant.
    Il faut dire que j’adore l’histoire et je trouve cela passionnant comme les perceptions du bonheur peuvent changer au fil des siècles.
    Aujourd’hui le bonheur est très individualiste, tout comme notre société, chacun « cultive son propre jardin » pour reprendre l’expression de Voltaire.

  3. Catia95 19 mars, 2011 10 h 47 min

    Trés intructif cet historique sur le bonheur!
    J’aime particuliérement ta définition personnel.

  4. karine 20 mars, 2011 14 h 17 min

    Tout simplement , comme tu le dis dans ton mail, je suis heureuse quand j’aime ce que je fais.
    La notion de liberté est assez importante chez moi pour que je sois heureuse. C’est pour cela que j’ai décidé de lâcher progressivement un emploi de salariée pour créer ma propre entreprise.
    - Faire ce qui me passionne,qui fait vibrer mon cœur, qui illumine mon visage d’un sourire…
    - Le faire quand j’en ai envie….
    - le faire avec qui je souhaite…
    tout en étant consciente, avertie, des risques que cela peut entraîner par moment.
    C’est pour cela qu’il est très important, comme je l’ai écrit sur mon blog, d’être souvent à l’écoute de son corps(http://ecole-du-bien-etre.net/soyez-a-lecoute-de-votre-corps/) pour répondre à ses besoins..sinon adieux bonheur !

    Au plaisir de continuer à te lire…car tu contribues à diriger tes lecteurs sur cette voie…du bonheur !

    Karine

  5. Monalisa 21 mars, 2011 11 h 54 min

    @Karine : nous avons le goût de la liberté en commun. Et ce goût est en effet difficile à concilier avec un travail en tant que salarié. Je te souhaite une belle réussite dans le développement de ton activité !

  6. Joanna 25 mars, 2011 19 h 24 min

    Le bonheur à travers les ages! Ah oui ce que l’on met derrière un simple mot, si intense, si riche et en même temps si vague. Je le trouve étnnant ce mot. Merci pour ta participation.

  7. http://spa-nice-meridien.fr 21 mars, 2014 20 h 45 min

    Je pense que le bonheur est propre à chacun car on a tous notre definition du bonheur qui nous corresponds. Merci de partager cette article très instructif

Leave a Reply

Powered by WordPress