Comment résister à la pression commerciale à l’aide de 10 réflexes

“Avez-vous remarqué des ralentissements avec votre ligne ADSL ?”

Sous la question d’apparence sympathique, j’ai reconnu le loup caché sous sa peau de mouton.

Young and hungryIl faut dire que ça fait une bonne demi-douzaine de fois que mon opérateur internet me pose cette question. La première fois, la prospectrice en est venu au fait au bout d’une minute :

“Je viens de vous expliquer de A à Z pourquoi votre antivirus actuel ne protège pas bien votre PC ! Pourquoi ne voulez-vous pas vous abonner au nôtre à la place ? Vous n’avez donc rien compris  ?”

Dans un environnement aussi commercialement agressif, je tenais à partager avec vous aujourd’hui mon kit de survie pour le portefeuille.

1 – “Il faut que j’en parle à mon mari (à ma femme)”

… car c’est lui qui a les sous (c’est elle qui décide)

Ce n’est pas très valorisant d’utiliser cette technique, mais c’est de loin la plus efficace. Le vendeur prendra alors le regard triste du chat qui voit sa souris s’en tirer.

2 – “Je n’ai pas mon agenda sur moi, rappelez plus tard”

Par un jeu de questions en entonnoir, l’habile question arrive sans que vous vous en soyez aperçu : “quand est-ce qu’on peut se voir ?”. Quand il rappelle, bien sûr, vous ne décrochez pas.

3 – Soyez déterminé

Pourquoi certains vendeurs (ou associations, témoins de J., anciens prisonniers en réinsertion,…) ont-ils réussi a vous vendre des choses dont vous ne vouliez pas ? Parce qu’ils étaient déterminés à cela. Ils n’avaient que ça en tête. Et vous, malheureux, vous vous baladiez tranquillement, sans but, la tête légère…

Lorsque vous sentez un prédateur vous approcher, armez-vous de la détermination de ne pas acheter. Comment le reconnaître ? Il a un regard fixe qui ne vous lâche pas d’un oeil.

4 – Tapez-lui sur la tête pour le faire lâcher

J’aimerais vous dire que la douceur et la gentillesse sont le summum de l’efficacité, mais ce n’est pas toujours vrai. Après s’être déplacé pour un bilan patrimonial, un “conseiller financier” d’une assurance ne voulait pas me lâcher. Il n’entendait pas le non (pour un PERP) et continuait à appeler encore et encore. Il ne me lâchait pas le mollet !

Il m’a fallu me mettre en colère et lui dire des choses désagréables pour qu’il arrête de m’appeler.

5 – Comprenez comment internet se finance

Quand j’ai vraiment commencé à utiliser internet, je n’en revenais pas. Toute cette information intéressante, et ces services gratuits ! Comment était-ce possible ?

Maintenant que j’ai créé un blog, je commence à comprendre comment ça fonctionne.

- les bandeaux et liens publicitaires : ils sont visibles. Ils participent à la rentabilité d’un site. Evidemment plus un site est fréquenté, plus il gagne d’argent avec lapublicité.

- les produits d’affiliation

C’est ici qu’il faut se méfier. Un site peut vous conseiller d’acheter des articles, une formation, un livre sur lequel il touchera des commissions. Un site qui est transparent sur ses liens d’affiliation m’apparaît toujours plus honnête.

J’en profite pour indiquer ici que les quelques liens que vous trouverez sur des livres sont des liens d’affiliation. Si vous achetez le livre après avoir cliqué dessus, Amazon me versera quelques centimes de commission.

- les demandes de don

Le site le bonheur pour les nuls est créé grâce à une plateforme complexe et gratuite : wordpress. Elle est composée de plugin formidables… et gratuits eux-aussi. Ces plugins sont financés par des demandes de dons. Si je gagne un jour ma croûte avec ce site, je suis d’ailleurs décidée à reverser une partie de cet argent aux plugins qui m’en auront fait gagner.

6 – Ne vous portez jamais caution

… sauf si vous êtes prêts à assumer la dette que vous garantissez. Ca paraît évident, mais la nounou de mon fils s’est porté caution pour des amis. Et ça a été un terrible épreuve (financière et amicale) dans sa vie.

7 – Méfiez-vous de vôtre banquier

Banquiers, assureurs et toute la panoplie des “conseillers financiers” ont pour objectif de vous aiguiller vers des choix qui vont rapporter de l’argent… à eux !

8 – Demandez-vous où se trouve l’intérêt de votre interlocuteur

De manière générale, demandez-vous toujours quel intérêt a votre interlocuteur à vous conseiller un placement. Lorsqu’un conseiller financier en Robien m’a expliqué l’intérêt des différents protagonistes du montage, j’ai compris que tout le monde avait la certitude de gagner de l’argent si j’investissais… sauf moi. J’ai dû ensuite me défaire de ce conseiller avec la méthode 4.

9- Ne vous précipitez jamais pour acheter

“Achetez ce PC portable aujourd’hui, car tous les portables que vous voyez là… seront partis demain !”

On m’a encore fait ce coup là en Juillet, le jour avant les soldes. Evidemment,le lendemain, la pile de PC n’avait pas bougé.

J’ai pris la décision depuis quelques années de ne jamais acheter dans l’urgence. Je préfère rater une bonne affaire que de me précipiter… Car des bonnes affaires, il y en aura toujours.

10– Coupez le son pendant les pubs

Voilà pour moi quels sont les 10 réflexes à adopter pour rester serein face à un environnement à haute pression financière. Vous en connaissez d’autres ?

Technorati Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Creative Commons License photo credit: Tambako the Jaguar



Si cet article vous a plu, abonnez-vous gratuitement par mail, par flux RSS, via FaceBook ou via Twitter. N'hésitez pas à venir faire un tour sur l'espace Ressources Gratuites (cours au format audio, livre ou vidéo). Laissez un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.


9 commentaires pour “Comment résister à la pression commerciale à l’aide de 10 réflexes”

  1. kategriss 9 septembre, 2010 18 h 22 min

    Salut :)

    Merci pour cet article !
    Tu donnes ici des conseils simples et pratiques pour éviter de se faire avoir par des commerciaux peu scrupuleux.

  2. Sophie | Esprit de Succès 11 septembre, 2010 9 h 06 min

    Merci pour tous ces conseils qui me seront, je crois, très utiles. J’ai relâché ma vigilance ces derniers temps et il est bon de me rappeler à l’ordre…
    Avec toute cette panoplie, ça devrait aller !

  3. Victor Nicollet 13 septembre, 2010 12 h 10 min

    Salut à toi! Tu donnes là de bons conseils, merci!

    Je pense qu’il est essentiel de s’imposer un temps de réflexion obligatoire avant toute dépense importante (j’inclus dans cette catégorie toutes les dépenses au-dessus d’un certain plafond, par exemple 10€, ainsi que toutes les dépenses récurrentes: abonnements, crédits…)

    Car sans ce temps de réflexion, difficile de déterminer si l’achat en vaut la peine et si son budget le permet. Savez vous, à cette minute même, quelles dépenses exceptionnelles vous pouvez vous permettre? Moi non plus. Il faut a minima prendre le temps de le savoir.

    L’argument « il ne vous reste pas beaucoup de temps » est à refuser d’office. Il vaut toujours mieux manquer une bonne occasion que de sauter sur une mauvaise! (et en plus l’argent dépensé vous empêchera de prendre la prochaine bonne occasion…)

    Je n’aime pas dire non aux vendeurs. C’est souvent un mot qui n’est pas dans leur vocabulaire. Au contraire, je préfère leur dire « oui, mais à condition que… » en nommant la condition précise à laquelle leur offre me semble acceptable. Et s’y tenir: ne pas accepter tant que les conditions ne sont pas remplies.

    Par exemple, je peux accepter un abonnement à un nouvel anti-virus si:
    1° on me rembourse les mois restants sur mon anti-virus actuel,
    2° j’ai une période d’essai de un mois sans rien dépenser pour voir si cela fonctionne (je paierai le mois si j’accepte de l’utiliser),
    3° le prix du nouvel abonnement est inférieur au prix de l’actuel
    4° l’abonnement se paye en une fois, à l’année, avec renouvellement explicite (histoire de ne pas leur donner d’autorisation de prélèvement).

    S’ils acceptent, tant mieux (et bonne surprise!) et s’ils refusent, je peux me contenter de renouveler mes exigences à chaque fois qu’ils me relancent. Ils se lasseront avant moi!

    Petite note évidente : quand je parle d’une période d’essai gratuite de un mois, le « gratuit » veut dire non seulement que je ne dépense rien, mais que je ne leur donne aucun moyen de me prendre de l’argent si l’envie leur en prend. Donner une autorisation de prélèvement ou un numéro de carte bleue en échange d’une promesse de ne pas prendre d’argent dessus est une folie.

    D’un autre côté, il ne faut jamais dire aux vendeurs « c’est trop cher », car ils entendront « je veux mensualiser mes paiement » et proposeront un crédit adapté, ce qui est encore plus destructeur pour mon budget que de payer cash. Ce que je veux dire n’est pas « je n’ai pas l’argent ce moi-ci » mais « l’argent que vous me demandez, je l’utiliserais volontiers à faire autre chose » et c’est cette idée qu’il faut faire passer. Il faut nommer un prix – celui qu’on estime juste si on est franc, un prix plus bas si on se sent d’humeur marchande. Si le vendeur propose un prix supérieur au « prix juste » que l’on ressent, la seule bonne chose à faire est de refuser. Si l’on n’arrive pas à estimer un « prix juste », il faut tout bêtement s’abstenir.

    « Quand est-ce qu’on peut se voir? » – je travaille tous les jours en semaine, et je préfère consacrer mes week-ends à ma famille et à mon repos. Mais si vous voulez me voir chez moi (ou à cinq minutes de chez moi) de 19h30 à 20h00 en semaine, pourquoi pas. Au-delà, si vous ne me vendez pas du bonheur en boîte, je vous rappelle que mon temps est plus précieux que mon argent! Envoyez-moi plutôt une documentation écrite et assurez-vous que votre service client est 1° gratuit et 2° capable de répondre à mes inévitables questions…

    En fait, pour tout achat à distance, je ne dépense pas un centime avant d’avoir vérifié que le service client est 1° gratuit et 2° capable de répondre à mes questions. Et je le signale au commercial. La seule exception : les services indispensables (et là encore, j’exigerai souvence une agence géographiquement proche avec des vrais gens dedans).

    L’intérêt de l’interlocuteur? Bof. Il est évident que quiconque me vend quelque chose veut me prendre un maximum d’argent en me donnant un minimum en échange. Surtout si c’est lui qui m’adresse la parole en premier. En fait, si je n’identifie pas immédiatement ce que l’interlocuteur a à gagner, je m’inquiète car j’ai probablement raté un détail subtil qui va me retomber dessus par la suite.

    Ce qui compte dans une relation commerciale avec ce type de vendeurs, c’est mon intérêt personnel. Est-il bien servi par la transaction?

    Au plaisir de te relire,

  4. Monalisa 20 septembre, 2010 21 h 48 min

    Merci à kategriss et Sophie pour vos commentaires.
    Merci à Victor pour ce commentaire qui est presque un article en lui-même ! Je ne connnaissais pas le coup du « oui, mais à condition que… ». Ca me parait une très bonne idée. Ca va m’aider certainement à améliorer mon sens pas encore très développé de la négociation.
    Comme toi, si je n’identifie pas immédiatement ce que l’interlocuteur a à gagner, je m’inquiète. Et c’est pourquoi internet m’inquiétait au début !

  5. Fabrice 3 octobre, 2010 22 h 05 min

    Sympa cet article!
    Pour ma part, je m’auto contrôle tres bien au niveau de la consommation, je dois être un cauchemar pour tout commercial:-)

  6. Hélène 30 décembre, 2010 16 h 36 min

    Bonsoir voila mes « trucs »…
    Mon téléphone fixe a été paramétré pour rejeter les appels anonymes..depuis..plus d’appel commercial..
    Sur mon portable je ne réponds pas aux appels »inconnus ».
    J’évite d’arriver pendant la pub qui précède les films(..cela dure bien 15 minutes de matraquage..)
    Ne pas donner ses coordonnées (tel/mail) aux commerçants pour des cartes de fidélité(sinon…..)
    Sur le site de la CNIL,des infos,des modèles de lettres,des adresses pour se protéger des pubs intempestives.
    La technique du disque rayé: »non,cela ne m’intéresse pas… »..cela marche..au bout de 3 répétitions..(et même s’il dit »pourquoi,qu’est ce qui vous retient »..répéter »cela ne m’intéresse pas »)le vendeur se tait,en général.

  7. Monalisa 3 janvier, 2011 13 h 10 min

    @Hélène : merci pour ces très bons conseils. J’aime en particulier ta technique du disque rayé que je n’utilise pas assez. Je m’en souviendrai !

  8. Suzann Wyckoff 27 juin, 2011 13 h 08 min

    Blog de très bonne qualité. Je reviendrai très vite :)

  9. conseil config gamer 21 mars, 2013 13 h 25 min

    C’est tellement vrai, je compte me mettre à mon compte dans ce secteur, vous connaissez un site spécialisé ?

Leave a Reply

Powered by WordPress