Des gens sur mon toit

L'herbe sur le toit

Il y a quelques jours, j’ai entendu des bruits de pas sur mon toit tôt le matin.

Puis quelqu’un a sonné à la porte.

Creative Commons License photo credit: jfgornet

J’ouvre mal réveillée :

“Bonjour Madame, je viens pour installer vos panneaux solaires. Mais il y a un problème… ils sont trop grands, on ne peut pas tous les caser. Il va falloir en mettre 3 sur un autre pan de la toiture.”

Moi : “Mais sur ce pan, il va y avoir beaucoup d’ombrage ! Les 3 panneaux auront un très faible rendement. Et puis, vous êtes venus 2 fois prendre les mesures : comment ça se fait ?”

“bla bla bla… (baratin gêné). Mais de toute façon, il n’y pas d’autre solution. Alors qu’est ce qu’on fait  : on y va ?”

Moi : “bon ben puisqu’il y a pas d’autre choix possible… OK… ”

Je ferme la porte maussadement, puis je sens la colère monter.

Je me surveille quotidiennement pour maitriser mes colères. Cette émotion m’est tellement accessible que je me fais parfois l’impression d’être la fille naturelle de Lisbeth Salander et Aimé De Mesmaeker.

Par contre, j’ai appris que la colère est aussi un guide précieux. Comme la douleur –celle qui nous fait ôter la main  d’un plaque électrique brûlante- la colère nous donne une indication. Celle que l’on ne veut pas quelque chose. Et donc qu’il y a quelque chose que l’on veut sur laquelle il faut se concentrer.

Et là c’est très clair : je ne veux pas de cette solution. Elle met en péril mon plan d’autofinancement de l’installation. Il y a forcément une autre réponse possible au problème.

Je sors en pyjama et je hèle les techniciens sur mon toit : “stop ! On arrête tout ! Je veux qu’on réfléchisse.”

Après quelques minutes de discussion, le responsable envisage de mettre des panneaux Sanyo au lieu des panneaux Schuco commandés. Plus petits, mais aussi plus chers et plus performants, ils passeront sur un seul pan de toiture. L’entreprise prend à sa charge la différence de prix de fourniture et d’installation. Je suis au final gagnante sur toute la ligne.

Et vous, écoutez-vous vos colères ?… La colère est classée comme une “émotion négative” car elle engendre un malaise. Elle a très mauvaise presse : ressassée, non maitrisée elle est un ennemi redoutable du bonheur.

Mais cette émotion est aussi à la base saine et utile : une véritable amie. Elle vous est transmise par votre être intérieur dans le but de vous éloigner de ce qui n’est pas à votre avantage. Elle donne également l’énergie suffisante pour agir sans délai.

Mon conseil du jour : portez attention à vos colères, soyez à leur écoute (mais sans les laisser régner en maître sur votre vie). Puis trouvez la solution et agissez alors dans le calme et la détente.

 Creative Commons License photo credit: jef safi

Technorati Tags: , , , , , , , , , , ,



Si cet article vous a plu, abonnez-vous gratuitement par mail, par flux RSS, via FaceBook ou via Twitter. N'hésitez pas à venir faire un tour sur l'espace Ressources Gratuites (cours au format audio, livre ou vidéo). Laissez un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.


5 commentaires pour “Des gens sur mon toit”

  1. tapemoi.com 11 juillet, 2010 21 h 12 min

    Des gens sur mon toit……

  2. [...] This post was mentioned on Twitter by Dev Perso, Lebonheurpourlesnuls. Lebonheurpourlesnuls said: Des gens sur mon toit : éloge de la colère… http://su.pr/33xX8H [...]

  3. Charles 13 juillet, 2010 10 h 55 min

    Très bonne leçon que tu nous enseignes là : chercher une solution sans s’énerver. Le fait de s’énerver, ne peut mener qu’à une seule chose : envenimer la situation…

  4. david 22 juillet, 2010 20 h 23 min

    Salut Mona,
    « la colère est saine, elle nous éloigne de ce qui n’est pas à votre avantage ». Dit comme cela, ça parait évident mais chacun de ceux qui parmi nous ont du mal à savoir ce qu’il accepte de vivre ou de devenir dans la vie, devrait donc se poser la question : « qu’est ce qui me met en colère » pour changer du traditionnel « fais ce qu’il te plait ». C’est une sorte de diagnostique « en négatif » (au sens photographique du terme).
    Merci pour cet éclairage. Félicitations pour ta capacité à tirer des enseignements de situations quotidiennes et aussi à trouver des titres aussi originaux.

  5. Monalisa 22 juillet, 2010 21 h 07 min

    @Charles et David : merci pour vos commentaires.

    Un « diagnostique en négatif », c’est une très bonne image !
    Quand on ne sait pas ce que l’on veut, la colère nous indique ce que l’on ne veut pas… donc ce que l’on veut.
    Après, il ne faut pas la laisser courir, mais se concentrer sur ce que l’on veut (une fois qu’on l’a défini) . Puis agir dans la détente et sans s’énerver (quand c’est possible). Si on y arrive, la colère se révèle alors être un outil très efficace…

Leave a Reply

Powered by WordPress