Aimez-vous les histoires tragiques ?

Camiel

“Tu sais, la sœur de ta grand-mère connait une femme dont l’enfant est né sans yeux. C’était affreux à voir !…”.

Ce sont les premiers mots qu’une très proche parente m’a dit, d’un air sinistre, le jour de mon accouchement.

Je la connaissais son histoire, elle me l’avait déjà raconté alors que, sur mon lit d’hôpital, je venais de donner naissance à mon fils ainé.

En fait, elle regorge d’histoires toutes plus sinistres les unes que les autres.

Creative Commons License photo credit: The Real Darren Stone

 

Il y a quelques jours, alors qu’elle regardait mon fils de 1 an ramper au sol :

“Une de mes collègues s’étonnait de ne pas voir son fils faire du 4 pattes. Il rampait en s’aidant des bras seulement : c’est parce qu’il était myopathe !”

J’ai eu droit le même jour au fait divers récent sur un bébé que sa mère avait oublié dans la voiture pendant qu’elle travaillait.

Partout où elle passe, des gens lui font des confidences, parlent de leurs malheurs, des récits personnels dignes parfois de tragédies grecques. Ca lui fait un sacré stock d’histoires à me raconter.

Je crois qu’on devient ce qu’on contemple. Si on se concentre sur la misère humaine, on voit un monde cruel et violent dans lequel il faut se battre, recevoir des coups, faire ses preuves, persévérer bravement sous les coups du sort et s’attendre au pire de toutes les façons. Comment peut-on se détendre dans ces conditions ?

Moi je préfère chercher la joie, des raisons de rire, chercher à voir la beauté de la nature, à éprouver un sentiment de bien-être. J’aime les récits qui réchauffent le cœur et distribuent l’espoir.

Qu’est ce qui attire votre attention dans votre vie ? La misère ? Le malheur ? La pauvreté ? …ou bien plutôt la joie ? l’abondance ? des raisons de rire ?

Etes-vous entourés d’une armée de dépressifs ou bien fréquentez-vous des gens heureux, pleins d’humour et bien dans leur peau ?

Contemplez les moments gais et les évènements joyeux, cherchez la joie. Et si ça vous aide d’arrêter l’absorption du sacro-saint JT de 20h, ça n’enlèvera vraiment rien à personne…

Technorati Tags: , , , , , , , , , , ,



Si cet article vous a plu, abonnez-vous gratuitement par mail, par flux RSS, via FaceBook ou via Twitter. N'hésitez pas à venir faire un tour sur l'espace Ressources Gratuites (cours au format audio, livre ou vidéo). Laissez un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.


11 commentaires pour “Aimez-vous les histoires tragiques ?”

  1. tapemoi.com 1 juillet, 2010 9 h 48 min

    L’histoire de l’enfant sans yeux…

  2.  1 juillet, 2010 12 h 53 min

    Bien d’accord, le crédit accordé au drame est immense.

    Quand la vie est présentée associée à la détresse et à l’injustice, il y a toujours une tribune et des auditeurs. C’est limite pour certains de la fascination.

    J’ai le souvenir d’un interview d’Yves Lavandier, spécialiste de la dramaturgie de théâtre et cinéma, où il disait (de mémoire):
    Une histoire mal ficelée, pas authentique, mais totalement dramatique, aura bien plus d’égard qu’une comédie possédant les mêmes défauts de conception. Car beaucoup d’auditeurs aimeront donner de la gravité à la vie en général, sûrement pour donner à la vie une importance qu’elle n’a pas.

    HEY ils sont bien tes articles!

  3. Monalisa 1 juillet, 2010 14 h 18 min

    HEY Lô, ils sont bien tes commentaires !

    De la fascination, c’est bien ce que j’entend pour tous ces faits divers affreux. S’il y a 1000 personnes qui vivent heureuses et une seule qui a un problème, alors on n’entendra parler que de cette dernière: vraiment dommage !

    Merci pour ton compliment : il tombe à pic ! J’ai parfois l’impression de parler devant une tribune vide… Alors un retour positif, ça me touche beaucoup.

  4. [...] This post was mentioned on Twitter by Dév Perso, Lebonheurpourlesnuls. Lebonheurpourlesnuls said: L'histoire de l'enfant sans yeux http://su.pr/2Ahsoz [...]

  5. Yoann Romano - Futur Expert en Motivation 6 juillet, 2010 10 h 42 min

    « Je crois qu’on devient ce qu’on contemple » => J’appuie l’idée. Nos croyances sur le monde proviennent surtout de ce sur quoi on se concentre. Si l’on prend l’habitude de voir le négatif partout, on finit par ne plus être capable de savourer les bons moments…

    Yoann

  6. GTA 5 6 juillet, 2010 13 h 56 min

    Tu as bien raison de positiver, je pense également que ce n’est pas bon de toujours parler de la misère humaine, cela n’aide assurément pas à vivre joyeusement mais plutôt dans la peur.

  7. David 7 juillet, 2010 17 h 34 min

    Ah la dramaturgie et le pessimisme ! on en redemande… pas ! De mon côté, on m’en sert parfois à midi, au cours de ces fameux repas entre collègues qui ruminent les sombres faits divers, ou pire, les déboires terribles d’une MAL-HEU-REUSE équipe de France !
    Ne sois pas pessimiste non plus quant à tes craintes de ne pas être lues Monalisa, je suis solidaire !

  8. Monalisa 10 juillet, 2010 15 h 24 min

    @David : pour l’équipe de France, en fait c’est pourtant comique cette histoire non ? Enfin une bonne occasion de se marrer !

  9. Chantal 3 mars, 2011 15 h 39 min

    J’ai la même proche parente aussi… En fait, j’en ai même deux. Que d’énergie mal investi!

    « On devient ce qu’on contemple »: je te vole cette citation: elle est trop géniale!
    Merci et bonne journée!

    :)))

  10. Monalisa 3 mars, 2011 16 h 06 min

    @Chantal : merci et bonne journée également Chantal. Se faire voler des bouts de phrase, c’est un honneur !

  11. [...] Aimez-vous les histoires tragiques ? [...]

Leave a Reply

Powered by WordPress