Parce que je le vaux bien…

 

Cet article est ma contribution au festival A la croisée des blogs de Juin autour du thème : “s’aimer soi-même”.

C’était une pièce en costumes avec Anny Duperey qui se jouait dans un vieux théâtre de boulevard parisien  : sièges étroits, velours rouge, dorures… Le public riait de bon cœur à cette comédie et un personnage un peu farfelu sortit cette réplique avec un air d’intense réflexion :

“S’aimer soi-même, c’est s’assurer d’être aimé pour la vie !”

Rire du public…

My heart is a lollipopJe ne me souviens plus ni de l’auteur, ni du titre de la pièce, ni de la date,  mais je me souviens très bien de cette réplique. S’aimer soi-même ? Quelle drôle d’idée. Pour quoi faire ? Et comment on fait ça ?

Spontanément, l’amour c’est plutôt quelque chose qu’on attend des autres. D’ailleurs, c’est ce que suggéraient les contes de fées de mon enfance : le prince charmant arrivait sur son fier destrier et ils vécurent heureux…etc. L’Amour était arrivé : la vie n’était plus un problème.

Mais j’étais célibataire depuis un moment, et pas la moindre odeur de crottin à portée de narine…

Alors à la réflexion la réplique n’était pas si loufoque. Car s’aimer soi-même, c’est ne dépendre de l’amour de personne. N’attendre personne. N’être manipulé par personne. Etre complètement libre.

1 – Je voulais qu’on m’aime telle que j’étais ? je décidai donc de m’accepter totalement, sans condition, avec mes défauts. Je n’allais plus me comparer aux autres, me juger, ou me blâmer.

2 – Je voulais qu’on apprécie mes qualités ? Je décidai de voir et d’apprécier mes points forts. Les compliments, j’allais me les faire !

3 – Je n’attendrais pas qu’un Etre Merveilleux me fasse me sentir bien. Mais j’allais cultiver l’art de me sentir bien et j’accorderais de l’attention à mon monde intérieur.

Par la suite j’ai continué sur la lancée:

4 – Ne jamais dire du mal de soit. Même si on s’est vautré lamentablement. Lorsque tout le monde est contre vous, il reste une personne qui peut être dans votre camp : vous.

5 – Savoir ce qu’on attend de la vie. Déterrer ou trouver ses rêves et se dire qu’on mérite de les vivre. Qui d’autre que nous peut nous donner ça ?

6 – Et enfin pour les parents : s’aimer aussi fort qu’on aime ses enfants. Se donner ce qu’on se voit donner à ses enfants.  Ca, c’est l’exercice ultime. Le niveau ceinture noire.

J’ai commencé petit à petit avec une pointe de mauvaise conscience. Quel sorte de monstre d’égoïsme allais-je devenir ? Et bizarrement, j’ai remarqué que plus je respectais mes besoins, mes sentiments et ma vie, plus je respectais ceux des autres. L’amour de soi ouvrait sur l’amour des autres… un vrai scoop !

Ca mériterait même une campagne de sensibilisation nationale. Allez, je propose mes slogans : “zéro tracas ! zéro blabla ! Aimes-toi !!!”, ”M’aimer : parce que je le vaux bien !”, “S’aimer plus pour être plus”… Bon, je suis en panne d’inspiration : je vous laisse trouver mieux !

Creative Commons License photo credit: Gregory Bastien

Technorati Tags: , , , , , , , , , , , ,



Si cet article vous a plu, abonnez-vous gratuitement par mail, par flux RSS, via FaceBook ou via Twitter. N'hésitez pas à venir faire un tour sur l'espace Ressources Gratuites (cours au format audio, livre ou vidéo). Laissez un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.


16 commentaires pour “Parce que je le vaux bien…”

  1. tapemoi.com 14 juin, 2010 10 h 17 min

    Parce que je le vaux bien !…

    “S’aimer soi-même, c’est s’assurer d’être aimé pour la vie !”…

  2. DavidT 15 juin, 2010 2 h 57 min

    Bonjour MonaLisa,

    Quel bel article ! Mais comment c’est difficile de s’aimer …

    Mais voici ma petite contribution : Aime Toi, Le Ciel t’Aimera :D

    Bisou, à bientôt.

    David.

  3. Monalisa 15 juin, 2010 7 h 54 min

    Merci pour ta contribution David : « Aime toi, le ciel t’aimera », c’est tellement vrai !
    Au plaisir de te lire.

  4. Faysal Hafidi 15 juin, 2010 11 h 35 min

    Salut,

    Bravo pour l’article et merci pour le partage !

    Effectivement, quand on écoute nos besoins sentimentaux et qu’on devient soit disant un peu « égoïste », on est plus épanouie et bizarrement les autres s’intéressent plus à nous. En fait, il faut toujours creuser son puit d’estime de soi et d’amour de soi dans son propre champs et non pas chez les autres. Ainsi, on s’abreuve à chaque fois qu’on en a besoin sans attendre les autres.

  5. Mattie 15 juin, 2010 15 h 36 min

    Il me plaît beaucoup ton article !! Très intéressant ton point 4 car les parents ont souvent tendance à s’oublier et à tout (trop) donner à leurs enfants !

  6. Monalisa 15 juin, 2010 22 h 56 min

    Merci Mattie !
    En écrivant le point 4, je pensais (entre autres choses) à une denrée précieuse qu’on a le droit de se donner : du temps. Après tout, une mère est une personne, elle aussi…

  7. MULLER Geraldine 18 juin, 2010 22 h 52 min

    Super! Un article que j’ai savouré et que je viendrai relire; à méditer et méditer encore.
    Merci Mona Lisa
    Bises
    Geraldine

  8. Seb 10 décembre, 2010 17 h 15 min

    Article intéressant qui suscite une question fondamentale : Comment faire la distinction entre l’amour sincère de soi et le narcissisme mal placée ?

  9. Monalisa 10 décembre, 2010 22 h 06 min

    @Seb : excellente question ! Sur internet, certaines encyclopédie donnent comme définition au mot « narcissisme » le terme « amour de soi ».

    A mon avis, le narcissisme, c’est l’amour de son image, qu’elle soit physique ou sociale. On admire aveuglément sa beauté et sa réussite, on se trouve tellement plus intéressant que les autres ! C’est une infatuation qui isole des autres et qui se termine mal. Narcisse est finalement mort tout seul, noyé par son émerveillement pour son image.

    Au contraire, l’amour de soi, c’est un amour qui ouvre sur les autres. On peut être ridé, borgne, vieux, pas très beau, handicapé, pauvre, pas très haut dans la hiérarchie sociale et s’aimer. On s’aime malgré ses imperfections et ses échecs. On s’aime sans avoir besoin d’être « plus que » ou « mieux que » : on est pas dans la comparaison. On aime la vie qu’on porte en soi : une personne en égale une autre et j’ai le droit au bonheur comme chacun.

  10. [...] Si vous ne trouvez personne à qui envoyer cette pensée, c’est déjà une information intéressante. Dans ce cas, souhaitez-vous cette bonne journée, car il est vraiment important d’au moins réussir à s’aimer soi-même. [...]

  11. [...] s’aimer ? Parce que s’aimer soi-même, c’est s’assurer d’être aimé pour la vie ! ai-je répondu la semaine dernière sur le bonheur pour les nuls [...]

  12. [...] apprenez à vous aimer tel que vous êtes maintenant et ne cherchez pas à progresser avec l’idée de votre imperfection en tête. Vous n’êtes pas [...]

  13. Fajr Breeze 7 mars, 2011 18 h 06 min

    Je confirme, c’est tellement vrai d’ailleurs :)

  14. [...] Or notre culture nous demande d’aimer notre prochain et de le faire passer avant nous. Pour en savoir plus, lisez cet article. [...]

  15. 01Amour 22 avril, 2012 17 h 11 min

    Dans la vie le plus dur est d’abord de s’aimer et de s’accepter tel que l’on est, et ce avant toute chose. Quelqu’un qui ne s’aime pas ca se voit et forcément cela attire moins. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais c’est la clé de l’amour et du bonheur.

  16. pitlou 23 octobre, 2012 9 h 59 min

    j’ai beau lire tous ces avis positifs, aucun ne me donne l’envie de continuer. s’accrocher à ses rêves quand ils s’écroulent !! s’aimer pourquoi faire quand l’être aimé vous lâche et vous méprise et ne désire que votre départ.
    j’ai peur de l’avenir sans lui. je m’accroche à ce qui n’existe plus car je n’ai pas la force d’avancer toute seule.
    j’ai deux enfants dont un garçon toujours avec moi et je n’arrive pas à envisager l’avenir
    aujourd’hui j’en suis à me demander si eux pourraient survivre sans moi. Et si j’admets un jour que c’est possible je pourrais m’en aller

Leave a Reply

Powered by WordPress